Régaz signe son premier Prêt à Impact avec la Caisse d’Epargne

MicrosoftTeams-image (6)

L’entreprise Régaz vient de contracter un Prêt à Impact de 6 millions d’euros auprès de la banque régionale de la Caisse d’Epargne Aquitaine Poitou-Charentes. Pour la Caisse d’Epargne Aquitaine Poitou-Charentes comme pour le distributeur de gaz girondin, ce financement vertueux valorise un engagement partagé en faveur de la transition environnementale. Décryptage…

  • Imprimer
Inciter et financer la croissance verte

PISE, c’est le Prêt à Impact Social et/ou Environnemental proposé par la Caisse d’Epargne Aquitaine Poitou-Charentes. Sa mécanique est simple et incitative :  le prêt proposé à ses clients pour le financement de leur projet s’entend sur la base d’un taux fixe. Mais si la performance extra-financière de l’entreprise emprunteuse est positive, ce taux se bonifie. Par extra financière, on entend une évaluation de l’entreprise en marge de sa performance économique.

Rodolphe Seyeux, Chargé d’Affaires Grands Comptes au sein de la Banque d’Affaires, précise :

« Nous avons défini 7 thématiques sociales et environnementales sur lesquelles l’entreprise qui contracte un prêt à impact doit se positionner, avec un ou plusieurs indicateurs de performance : efficacité énergétique, mobilité décarbonée, énergies renouvelables, environnement, attractivité du territoire, inclusion et diversité, mixité sociale. »

 

Si l’indicateur choisi par l’entreprise est atteint ou dépassé, une bonification du taux lui sera accordée à chaque date anniversaire du prêt, sous la forme du remboursement d’une partie des intérêts perçus. Alors, l’entreprise pourra soit conserver cette rétrocession, soit la reverser à une association labellisée par le groupe BPCE. A contrario, si elle n’atteint pas les objectifs extra-financiers prédéfinis, le taux contractuel sera appliqué sans aucune pénalité.

 

 

Un client séduit ouvre la marche

Pour Régaz-Bordeaux, le choix de ce financement vertueux sonnait comme une évidence. Cette entreprise locale exploite, modernise et sécurise le réseau de distribution publique de gaz pour 46 communes principalement sur Bordeaux Métropole et le Médoc et dessert près de 230 000 utilisateurs, particuliers et industriels. Régaz, qui appartient à la Société d’Economie Mixte Bordeaux Métropole Energies*, est très investi sur la transition énergétique.

Sa « feuille de route 2024 », met d’ailleurs l’accent sur le développement durable et le recours aux énergies renouvelables. Parmi elles, la méthanisation, sur le territoire elle est issue de CIVE (cultures intermédiaires à vocation énergétique). Semées entre deux cultures principales, ces cultures intermédiaires sont récoltées et transformées en gaz vert dans des méthaniseurs. Le gaz est ensuite injecté dans le réseau de distribution de Régaz et acheminé vers les points de consommation et les stations de carburant BioGNV. Le biométhane est un gaz propre, 100 % local et renouvelable.

« En général, nous renouvelons 30 km de réseau par an et veillons à accroître la part de biogaz, indique Magalie Poinsu. Nous avons d’emblée été séduits par le Prêt à Impact de la Caisse d’Epargne Aquitaine Poitou-Charentes, qui nous met face à nos responsabilités et nous oblige à être congruents entre nos paroles et nos actes, avec un objectif à court terme et des critères RSE tangibles et pragmatiques » souligne Magalie Poinsu, Directrice de la RSE, de la communication et des relations extérieures à Régaz-Bordeaux.

 

Ainsi, le prêt à impact de 6 millions d’euros, contracté par Régaz sur la base d’un taux fixe, embarque un critère extra-financier majeur : le recours aux énergies renouvelables. Si Régaz-Bordeaux injecte dans son réseau plus de 2 % de biométhane, alors le taux se bonifiera avec une réduction de 0,10 %.

 

 

A la clé : le soutien d’une association engagée

« Nous avons d’ores et déjà décidé de réinvestir cette bonification en soutenant l’association Réseau Cocagne, qui partage les mêmes valeurs de solidarité et d’ancrage territorial que nous » ajoute Magalie Poinsu.

 

Bien implanté dans la région, ce réseau regroupe 102 jardins maraîchers certifiés AB, 625 hectares cultivés et 6 structures agroalimentaires Depuis sa création, il favorise le retour à l’emploi et l’insertion par le travail de personnes en situation de fragilité, et distribue des légumes bio auprès de ses adhérents.

Grâce à la convention tripartite signée dans le cadre de ce Prêt à Impact et si l’objectif choisi est atteint par Régaz, le Réseau Cocagne devrait percevoir tous les ans le montant de la bonification Cela pourrait être 6 000 euros dès la première année !

Pour la Caisse d’Epargne Aquitaine Poitou-Charentes, il s’agit de soutenir ses clients dans leur engagement sociétal en contribuant à des projets plus responsables sur ses territoires.

 

AGGAZ