Kiwaï lance une version nationale

Kiwaï lance une version nationale

Créée à l’initiative de la Caisse d’Epargne Normandie et de la région Normandie, Kiwaï est la première plateforme de financement participatif dédiée aux projets 100% verts et 100% locaux. Mais face à son succès, cette solution de financement participatif durable a décidé de quitter le nid et de se lancer au niveau national.

  • Imprimer

Kiwaï, la solution qui avait été créée l’année dernière par la Caisse d’Epargne Normandie et la région Normandie, a décidé de voler de ses propres ailes en élargissant ses actions au niveau national. En effet, la plateforme de financement participatif était, jusque-là, cantonnée aux actions normandes. Avec cette évolution, elle souhaite se positionner comme un sérieux challenger pour les acteurs installés, comme Enerfip ou Lendosphère.

Une expansion contrôlée

L’expansion régionale de Kiwaï se fera progressivement et commencera par le nord-ouest de l’Hexagone en s’appuyant, bien sûr, sur le réseau des Caisses d’Epargne. Toutefois, pour garantir une croissance exponentielle, la plateforme mise aussi sur de nouveaux partenariats. « Nous allons nouer des partenariats avec les Caisses d’Epargne locales, mais nous discutons aussi avec des fonds infrastructures intéressés pour apporter leur propre garantie », indique Christophe Descos. Le président de Kiwaï continue en nous confiant qu’un nouveau partenariat dans une nouvelle région est en cours de finalisation. Celui-ci sera le premier de la nouvelle plateforme baptisée Kiwaï EnR. Il se concentrera sur les projets d’énergies renouvelables au sens large et de mobilité (vélos, bornes électriques, voire hydrogène).

Cette ambition nationale constitue un enjeu d’organisation pour cette plateforme détenue à 100% par le groupe BPCE. « Notre succès résidera notamment dans notre capacité à rester agile, donc peu nombreux. Nous détacherons un correspondant pour chaque partenaire en région qui réalisera le sourcing des projets. Pour le reste, nous continuerons à nous appuyer sur les fonctions supports du groupe », explique Christophe Descos.

Eolien et hydrogène en ligne de mire

Kiwaï a commencé l’année sur les chapeaux de roues. En effet, la plateforme a bouclé une collecte de 750 000 € pour le parc éolien en mer de Fécamp, une opération peu coûteuse pour le consortium mené par EDF Re, puisque le taux d’intérêt n’excède pas 3%. « C’est moins cher que les financements obtenus par les autres projets éoliens en mer », assure Christophe Descos.

Dernièrement, c’est Lemasson qui avait bénéficié des services de Kiwaï. Cette entreprise a pu compter sur les deux collectes de 40 000 € pour financer ses innovations en matière de géothermie et de système de récupération et valorisation de l’énergie.
La plateforme collaborative s’intéresse également à l’hydrogène et n’écarte pas de financer un premier projet H2 dès l’année prochaine.