Le biogaz, l’autre atout vert pour l’avenir énergétique normand

histoires normandes

La Caisse d’Epargne Normandie dévoile les tendances et les enjeux du territoire normand dans son nouveau dossier « Histoires normandes ». Il fait la part belle à la méthanisation, procédé naturel qui valorise les déchets organiques en limitant les émissions de gaz à effet de serre.

  • Imprimer

Chaque histoire racontée dans Histoires Normandes met en lumière un sujet d’actualité, des initiatives normandes existantes ou futures et du rôle de la Caisse d’Epargne Normandie dans l’accompagnement de celles-ci.

Une filière normande plein gaz

Déjà appelée à jouer les premiers rôles sur l’hydrogène vert et l’éolien offshore, la Normandie accélère aussi sur le biogaz. Depuis 2018, le nombre d’unités de méthanisation a presque triplé sur le territoire et les projets se bousculent.

Du gaz issu de déchets

La méthanisation est un procédé de production de biogaz (ou biométhane) par dégradation biologique de déchets et sous-produits organiques en milieu sans oxygène (anaérobie).

Les 4 utilisations du biogaz

biogaz

Ce sont 161 unités de productions de biogaz en 2022 et plus de 150 projets en cours.

Le parc d’unités ne cesse d’augmenter depuis 2017 avec en moyenne 15 nouvelles unités par an. La plupart sont installées sur une ferme et traitent des matières d’une ou de plusieurs exploitations.

Objectifs régionaux pour 2030

Aujourd’hui, troisième région française pour la méthanisation, la Normandie a rattrapé son retard et veut confirmer ses objectifs 2030 avec 10% de biogaz dans les réseaux et 3003 méthaniseurs en activité, plutôt dans l’ouest… La Manche, le Calvados et l’Orne concentrent la majorité des unités (plutôt de type agricole, avec effluents d’élevage). L’Eure et la Seine-Maritime se caractérisent par des installations agro-industrielles (intrants variés incluant ceux des industries agro-alimentaires et de la papeterie).

Electricité : 560 GWh/an (environ 50% déjà atteints)

Gaz1700 GWh/an (environ 25% déjà atteints)

Trouver « l’acceptabilité »

Défi pour la filière : l’acceptabilité sociale des projets de méthanisation, qui font souvent l’objet de contestations et de recours administratifs, ralentissant ainsi leur mise en œuvre. C’est l’une des priorités du programme méthanisation Normandie.

Une charte régionale « Métha’Normandie », lancée fin 2022 par 14 partenaires de la filière, fédère les signataires autour d’engagements pour favoriser une appropriation locale et renforcer le dialogue territorial.

Des outils, des acteurs

Le plan méthanisation Normandie

Accélérer le recyclage des déchets tout en produisant de l’énergie verte, c’est l’ambition de ce programme lancé en 2018 par la Région Normandie et l’ADEME. Il prévoit des dispositifs d’accompagnement et des aides pour les projets. Il propose un apport documentaire (indicateurs de dimensionnement des installations, observatoires, suivis techniques, retours d’expérience) et une veille technique et réglementaire.

Une phase 2 de ce plan a été lancée pour 2021-2023. Elle vise une meilleure acceptation sociale des projets (lire plus haut) et un développement territorial cohérent.

MéthaNormandie a publié avec Biomasse Normadie un état des lieux 2021 de la méthanisation en Normandie.

 

Toutes les Histoires Normandes sont à découvrir ici.

: