VISA pour la CB !

Visa pour la CB

Quinqua, la carte de paiement électronique est devenue indispensable au quotidien des Français.

  • Imprimer

L’histoire d’amour entre les usagers et leur petite carte débute en 1967, sous l’impulsion de 5 banques françaises qui l’introduisent dans l’hexagone. Une histoire peinte d’azur. Le bleu du logo, réalisé par l’illustrateur Chourgnoz, est choisi pour son évocation de l’immensité céleste. La couleur est aussi un clin d’œil au maillot de l’équipe de France de rugby dans les matchs internationaux.

L’idylle commence timidement. Pour les commerçants, la facturation de commissions est un frein et les consommateurs n’y voient pas vraiment d’intérêt. En 1974, l’invention de la puce électronique par Roland Moreno, inventeur de génie, fournit de nouvelles voies de développement. Plus sécurisée et porteuse de nouveaux services, elle fait rapidement florès. Avec la création du Groupement Carte bancaire, créé en 1984 et qui impose l’interbancarité, la France devient le premier pays au monde à interconnecter tous ses distributeurs. Désormais, le paiement par carte est accepté partout quelles que soient la banque du commerçant et celle du client. Une simplification dans l’usage qui facilite l’essor de la carte à puce. Depuis, la petite carte n’a cessé de se perfectionner, pour sécuriser les transactions (en 1990, mise en place d’un code secret à quatre chiffres) ou assurer de nouveaux services (en 2012, paiement sans contact, e-carte bleue pour les achats sur Internet). Plébiscitée, la carte bancaire est aujourd’hui le moyen de paiement le plus utilisé par le Français, avec 12,4 milliards de transactions réalisées avec elle en 2019.

Adhérentes du Groupement carte bancaire dès sa première année de création, les Caisses d’Epargne proposent la carte bleue auprès de leurs clients à partir de novembre 1984. Carte bleue à débit immédiat ou différé (dès 1985) pour les règlements en France, Visa, puis Visa premier pour les paiements à l’international, la gamme proposée se diversifie rapidement. En moins de deux ans, un million de ces cartes sont distribuées par les Caisses d’Epargne. Cette explosion de l’activité lui a permis d’acquérir rapidement 10 % de part de marché sur le secteur.

Du fer à repasser au sans contact

Les premières cartes bancaires étaient des cartes à relief. Les informations qu’elles comportaient (nom et un numéro d’identification permettant l’identification du compte associé) étaient « lues » par un terminal de paiement (pas du tout électronique ! ) appelé cavalièrement  « fer à repasser » par les usagers. Elles étaient alors imprimées sur une facturette grâce à un système de papier carbone. La facturette était signée par le client et transmise aux banques. Une technologie d’un autre temps. Et pourtant, c’était presque hier !

En 2020, le paiement se fait désormais « sans contact ». La pandémie du COVID 19 a accéléré l’utilisation de cette technologie, avec 4,6 milliards de transactions, l’usage du sans contact est en progression de 37,8 %.

> Je découvre Banque Stories

Dernières publications