Tribune de Laurent Mignon : le changement de modèle viendra des épargnants

Epargne verte tribune Laurent Mignon

Dans Regards sur l’Epargne, Laurent Mignon, Président du directoire du Groupe BPCE et Président de la commission Climat de la FBF, nous parle de l’épargne verte.

  • Imprimer

Donner du sens à leur épargne, c’est aujourd’hui l’aspiration de 62% de Français qui déclarent accorder une place importante aux impacts environnementaux et sociaux dans leurs décisions de placements.

142 milliards d’euros : c’est, par ailleurs, le surplus de l’épargne financière accumulée par les Français depuis le début de la crise sanitaire. Ce montant exceptionnel vient s’ajouter aux 5 000 milliards d’euros d’épargne existante qui devront constituer, avec l’investissement public, le cœur du financement de la transition écologique.

Production d’énergie décarbonée, développement de nouvelles technologies propres, économie circulaire, protection de la biodiversité…il est nécessaire, en France comme en Europe, d’orienter les capitaux privés de manière efficace et cela passera nécessairement par une unification des standards, une simplification de l’offre, une montée en puissance de la qualité de l’information disponible et une communication renforcée.

Mais in fine ce seront bien les épargnants, quels que soient les montants engagés, qui joueront un rôle décisif. En demandant une transparence beaucoup plus importante et une information fiable sur la destination de leur investissement, en exigeant des résultats mesurables en matière d’empreinte carbone ou de pollution, en privilégiant les petites et moyennes entreprises qui produisent localement et selon des critères écoresponsables, ils peuvent devenir les moteurs de la transition.

Envie d’en savoir plus sur l’épargne verte ? Alors rendez-vous dans Regards Sur l’Epargne en cliquant ici.

Dernières publications