Résultats du concours de l’Arbre de l’Année 2018

bretesche

Organisé par le magazine Terre Sauvage et l’Office national des forêts (ONF) depuis sept ans, le concours « Arbre de l’Année » récompense chaque année, des arbres de différentes régions de France. Présentés par des groupes (familles, amis, écoles…), ils ont été sélectionnés pour leurs qualités esthétiques, biologiques, historiques, mais aussi pour le lien qui unit le groupe à l’arbre.

  • Imprimer

Cette année encore, plus d’une centaine d’arbres ont été présentés. Le jury s’est réuni en juin et en a sélectionné 16 qui ont été soumis aux votes du public du 19 septembre au 2 décembre 2018. Ils ont fait l’objet d’une production photo d’Emmanuel Boitier (Terre Sauvage). Ces photos seront exposées en gare de Lyon à partir du 10 janvier 2019.

A l’occasion de son bicentenaire la Fédération Nationale des Caisses d’Epargne a rejoint les partenaires historiques : l’association Arbres, la LPO, Ushuaïa TV, Milan presse, Scouts et Guide de France, et a remis un prix spécial « bicentenaire ».

Le chêne liège – Una Suara, de Ghisonaccia (Corse) a recueilli 3053 votes et a reçu le prix du public des mains de Christian Dubreuil, directeur général de l’ONF

chene_liege

Son écorce crevassée lui fait d’exceptionnelles protubérances qui lui donnent cette forme originale et unique, un air de rapace protecteur avec ses ailes déployées. A priori ce chêne Liège a survécu après avoir été frappé par la foudre, son cœur étant brûlé, il a très certainement, par l’aura qu’il dégage, protégé depuis deux siècles, des troupeaux de chèvres, moutons et bovins.

Le jury présidé par Carole Renucci, directrice du magazine Notre Temps, a décerné le prix du jury au tilleul de la colline Sainte-Hélène (Oise, Hauts-de-France).

colline-sainte-helene

Le tilleul déploie sa belle ramure au sommet de la colline Sainte-Hélène, qui surplombe la plaine environnante du pays de Bray. C’est à partir du XIe siècle que l’édification successive de deux chapelles, dont celle nommée « Sainte-Hélène », donne définitivement au lieu un caractère saint. L’arbre devient alors l’objet de nombreux pèlerinages et de processions. Du haut de son promontoire, le tilleul de la colline Sainte-Hélène est un grand témoin de la foi des hommes.

La Fédération Nationale des Caisses d’Epargne a remis un prix spécial : « le prix du bicentenaire des Caisses d’Epargne » au platane de La Bretesche (Pays-de-la-Loire)

bretesche

Sous un ciel bleu profond, un platane déploie une grande ramure verte en bordure d’un étang calme. On découvre deux troncs, dont le plus gros dépasse les six mètres de circonférence, qui déploient un immense toit de feuilles et de branches de plus de 1 000 mètres carrés ! L’arbre aurait été planté au début du XVIIe siècle, arrivé directement d’Orient au jardin d’acclimatation de Nantes. Don en aurait été fait ensuite au baron de La Bretesche, propriétaire du château éponyme, situé à quelques encablures. Le parc (aujourd’hui communal) dans lequel pousse le platane appartenait jadis au domaine du château. Les racines dans l’eau, le platane prend ses aises, déploie d’immenses branches, dont plusieurs marcottent, dans un enchevêtrement harmonieux d’écorce en écailles, de fruits en boules et de feuilles à lobes aigus.


Participez à l’aventure en 2019
Vous êtes seul ou en groupe (familles, communes, associations, écoles, …) présentez la candidature de votre Arbre dès le 1er mars 2019.
Postez 3 belles photos, accompagnées de l’histoire de l’arbre, de ses qualités esthétiques, biologiques, mais racontez-nous aussi le lien qui vous unit à cet arbre sur : www.arbredelannee.com

Bonne chance !