L’innovation technologique au service des enfants handicapés

Vous être utile

Depuis l’été 2019, le Centre d’action médico-sociale précoce de Montluçon a réussi à se doter d’un équipement numérique révolutionnaire : une synthèse vocale à commande oculaire. Une opération réalisée grâce à la participation financière de la Caisse d’Épargne Auvergne et Limousin.

  • Imprimer

Depuis l’été 2019, le Centre d’action médico-sociale précoce de Montluçon a réussi à se doter d’un équipement numérique révolutionnaire :  une synthèse vocale à commande oculaire. Une opération réalisée grâce à la participation financière de la Caisse d’Épargne Auvergne et Limousin.

Cet outil innovant doit permettre à des enfants de 0 à 6 ans, qui sont en situation de handicap sensoriel, cognitif et/ou moteur, de s’exprimer. Aline Gutmacher, orthophoniste, nous explique que cet ordinateur est équipé d’une barrette optique avec une cellule infrarouge qui capte le regard de l’enfant. Cela agit comme un pointeur de souris qui est utilisé pour entrer en communication avec l’enfant.

teen boy student sitting in a wheelchair while using a tablet at home.

La gamification de l’apprentissage par le regard

La synthèse vocale à commande oculaire fait entrer l’enfant dans une phase d’apprentissage. Il participe alors à des jeux interactifs qu’ils commandent par son regard.  L’objectif pédagogique de cet outil est de faire comprendre à l’enfant qu’une action entraîne une conséquence. En effet, les patients se trouvent dans l’impossibilité de s’exprimer oralement et peuvent présenter des difficultés motrices importantes du fait de leurs handicaps. Le regard est alors la seule chose qui lui permet d’interagir avec le monde extérieur.

Selon Aline Gutmacher les retours sur cette innovation sont impressionnants. En effet, les proches des enfants sont très positifs car pour la première fois, pour certains, les enfants ont un moyen de se faire entendre. Une chose quasiment impossible avant la mise en place de ces séances de travail.

Allez plus loin en devenant mobile

Les premiers résultats positifs ont confirmé les ambitions Centre d’action médico-sociale précoce de Montluçon. Il est nécessaire d’aller plus loin. Pour cela, le manège à sourires souhaite acquérir un deuxième équipement du même genre. Toutefois, celui-ci doit être mobile pour continuer d’avancer. Aline Gutmacher précise : « Il s’agit d’une deuxième synthèse mais mobile cette fois-ci. Mais elle coûte 14 000 euros. Nous avons déjà reçu des dons de la Caisse d’Epargne Auvergne-Limousin, du Rotary Club et de l’association Epi de lumière. La course de trail de Lavault-Sainte-Anne du 22 février s’engage à nous reverser 1 euros sur chaque billet revendu ». Le but de cette deuxième synthèse vocale est d’être utilisée dans les lieux de vie fréquentés par les patients. Un moyen simple de s’inscrire dans le quotidien des patients et de le rendre plus agréable.

Découvrez les actions des Caisses d’Épargne en cliquant ici