Ce qu’il faut d’engagements pour accompagner la transition énergétique 

Ce qu’il faut d’engagements pour accompagner la transition énergétique

André Joffre est président de la Fédération nationale des Banques Populaires et PDG de Tecsol, bureau d’étude indépendant spécialisé dans l’énergie solaire et le numérique. Il explique le rôle des banques face aux impératifs environnementaux.

  • Imprimer

Selon vous, les organismes financiers ont-ils su faire face à la crise liée à la pandémie ?

Les banques de détail, et particulièrement les banques des réseaux coopératifs, ont été au rendez-vous. Après la période de sidération qui a frappé  le pays, les banques ont su ne pas rajouter d’angoisse supplémentaire à des clientèles déjà inquiètes. Je cite l’exemple des Banques Populaires au sein du Groupe BPCE : en un temps extrêmement court, la décision stratégique a été prise du report systématique d’un semestre des échéances des prêts. À partir de là, les équipes se sont réorganisées totalement en télétravail pour continuer à accompagner leurs clients. Nous avons pu dérouler le dispositif de prêts garantis par l’État et proposer 150 000 prêts pour un montant de 21 milliards d’euros. Nous pouvons être très fiers de cela et de l’agilité dont a fait preuve l’informatique de notre Groupe.

Maintenant, l’autre défi pour les banques c’est aussi d’accompagner la transformation énergétique ?

La crise que nous venons de traverser a fonctionné comme un accélérateur. Pendant cette période, l’opinion publique a pris conscience de la vulnérabilité de nos économies. BPCE a choisi d’être en première ligne de la transition énergétique. Toutes nos clientèles vont  être concernées : particuliers, petites  et grandes entreprises, collectivités territoriales, bailleurs sociaux, etc.

Pour le solaire, par exemple, les choses  vont s’accélérer, notamment grâce à la chute des prix des installations. On sait aussi que la difficulté était de faire coïncider les périodes de production et de consommation d’énergie. Mais là  aussi, la digitalisation va changer la donne. La particularité des énergies renouvelables reste l’investissement initial conséquent qui s’amortit ensuite grâce à des économies importantes à l’usage. Le rôle des banques est de financer cette nouvelle économie.

> Je consulte le rapport