Comment les Caisses d’Epargne accompagnent les jeunes et favorisent l’emploi ?

Accompagner les jeunes et favoriser l'emploi - Caisse d'Epargne

Alors que la crise sanitaire continue de bouleverser le quotidien de nombre de citoyens et de peser sur l’emploi, les Caisses d’Epargne et leur fédération nationale prennent ou soutiennent des initiatives en faveur de l’insertion des jeunes et de l’emploi.

  • Imprimer

En partenariat avec le Ministère du Travail, de l’Emploi et de l’Insertion et plus particulièrement le Haut-commissaire à l’Inclusion dans l’emploi et à l’Engagement des entreprises, Thibaut GUILLUY, les Caisses d‘Epargne soutiennent le Campus de l’inclusion. Celui-ci a été initié dans le cadre du Pacte d’ambition pour l’insertion par l’activité économique intitulé « Permettre à chacun de trouver sa place » 

Aujourd’hui, en France, plus de 2,5 millions de personnes sont exclues du marché du travail. L’inclusion est donc un enjeu majeur de notre époque, sur tous les plans : social, économique, sociétal et humain. Le Campus de l’inclusion a pour objet le développement de toutes les actions favorisant l’accès à l’emploi de personnes en situation d’exclusion et notamment de sensibiliser, former et accompagner les dirigeants d’entreprises à développer leurs pratiques inclusives.

Gagnons la bataille de l'inclusion par l'emploi !

Résolument tournée vers les territoires, la démarche repose sur l’impulsion de dirigeants de grands groupes, de PME et d’ETI, pour mettre en place des plans d’action concrets en faveur du recrutement, de la formation, des achats inclusifs ou encore de l’innovation. Il s’agit notamment de mettre à leur disposition tous les moyens permettant de ramener vers l’emploi les publics qui en sont éloignés. 

« Nous voulons proposer 100 000 emplois aux jeunes avant fin janvier » : c’est l’ambition que 35 dirigeants d’entreprises ont exprimée publiquement en signant une tribune dans le Journal du Dimanche le 3 janvier 2021. Les Caisses d’Epargne sont parties prenantes de cet engagement par la personne de Florence RAINEIX, directrice générale de la fédération nationale, signataire de la tribune.  

Les jeunes sont parmi les plus touchés par la crise sanitaire et ses conséquences économiques et sociales. Précarité, isolement, chômage… augmentent rapidement chez les 16-25 ans et beaucoup de jeunes se sentent sacrifiésC’est pourquoi, dans le cadre du plan de relance, le Ministère du Travail, de l’Emploi et de l’Insertion a lancé le plan « 1 jeune 1 solution » pour aider non seulement les 750 000 jeunes arrivés sur le marché du travail en septembre 2020 mais aussi ceux qui sont aujourd’hui sans activité ou formation. 

Accompagner les jeunes et favoriser l'emploi - Caisse d'Epargne

Comme son nom l’indique, le plan vise à offrir une solution à chaque jeune et prévoit un triplement des moyens consacrés à la jeunesse. Il mobilise un ensemble de leviers : aides à l’embauche, formations, accompagnements, aides financières aux jeunes en difficulté, etc. afin de répondre à toutes les situations. L’objectif est de ne laisser personne sur le bord de la route. 

Le plan « 1 jeune 1 solution » induit une mobilisation forte des entreprises pour embaucher des jeunes, développer l’apprentissage, innover dans l’emploi et agir en faveur de l’inclusion. 

> Lire la Tribune du JDD 

Parmi les jeunes, des étudiants de plus en plus nombreux sont confrontés à des difficultés financières telles qu’ils ne peuvent subvenir à leurs besoins de vie quotidienne (loyer, dépenses alimentaires, achats de première nécessité…). Cette situation affecte particulièrement les étudiants obligés de travailler. Or, peu de mesures de compensation ont été mises en place en leur faveur et les aides matérielles des établissements scolaires ou du Crous se révèlent insuffisantes. 

Microcrédit d'urgence

Dans ce contexte, les Caisses d’Epargne se mobilisent auprès des jeunes étudiants en difficultés, en mettant en place un microcrédit d’urgence avec un taux à 0 %. Ce microcrédit garanti, sans frais de dossiers et dans la limite de 3 000 € a pour objectif de financer tout besoin de première nécessité, y compris de trésorerie, indispensable à l’amélioration financière de l’emprunteur et de permettre ainsi aux étudiants de surmonter cette période difficile. 

> J’écoute le Podcast ESSentiel #1