Histoire

  • Imprimer

Les Caisses d’épargne comptent parmi les plus anciens établissements financiers français. De leur naissance en 1818 à aujourd’hui, elles s’inscrivent dans l’histoire de France, dans ses dimensions économiques, sociales et culturelles. Elles en ont, à plusieurs reprises, été des figures d’innovation et des acteurs de premier plan. Elles sont depuis l’origine à l’écoute des régions et des besoins de leurs habitants ; en quelques deux siècles, elles ont su adapter leur statut, leur organisation, leurs métiers aux mutations financières, bancaires et sociétales pour satisfaire aux besoins de leurs clientèles. Leur histoire rend compte de la richesse et du dynamisme aux multiples facettes qui a toujours été le leur, au service de tous et de tous les territoires.

1818

DELESSERT Benjamin
Benjamin Delessert

Création de la première Caisse d’Epargne à Paris

Tout premier organisme de dépôt ouvert à tous, sans exclusive d’âge, de sexe ou de  fortune, elle constitue une innovation majeure dans le monde de l’époque Elle propose, avec le livret A , un placement à vue, garanti et rémunéré. Création philanthropique, elle a pour ambition de changer l’homme et de résoudre la question du paupérisme grâce au « bon usage de l’argent ».

1830-1880 

Naissance d’un réseau de proximité

En essaimant rapidement sur l’ensemble du territoire, les Caisses d’Epargne inventent le premier réseau de proximité.. Elles passent de 27 en 1833, à 364 en 1848, date à laquelle elles sont présentes  dans 93 % des villes de plus de 10 000 habitants. Cette croissance  se poursuivra encore régulièrement pendant  plus de 100 ans, atteignant son maximum en 1952 avec 585 Caisses d’Epargne. Ce maillage territorial est  amplifié par la création d’un réseau de succursales et de guichets. En 1965, les Caisses d’Epargne compteront 4 844 points de contact.

 

1835 

Les Caisses d’Epargne sont consacrées organisme privé d’utilité publique

Les Caisses d’Epargne conserveront un statut sui generis particulier jusqu’à la loi de 1999 et leur transformation en banques coopératives.

 

1837

Centralisation des fonds à la Caisse des dépôts

1837Sur l’insistance des promoteurs des Caisses d’Epargne, la gestion des fonds du livret est transférée par la loi du 31 mars 1837 à la Caisse des dépôts et consignations pour que soit assurée leur totale sécurité. Cette loi scelle pour longtemps l’avenir des Caisses d’Epargne. Elle inaugure une période, qui ne prend fin qu’après la seconde guerre mondiale, au cours de laquelle les Caisses d’Epargne ne possèdent que le rôle de collecteur des épargnes françaises, sans aucune initiative sur l’emploi qu’il en est fait.

 

1895 

Début du financement du logement social et des acteurs locaux

1895 - Fortune persoLa loi de 1895 permet aux Caisse d’Epargne, sur leur fortune personnelle, de réaliser de premiers investissements locaux. Elles se trouvent autorisées à financer l’édification de logements sociaux puis la construction ou l’acquisition de bains-douches et la mise en place des jardins ouvriers. Elles peuvent aussi octroyer des subventions à des œuvres et associations locales multiples.

A la même époque, elles font construire des hôtels pour accueillir leurs services devenus plus importants. Ces bâtiments  contribuent à asseoir leur respectabilité, leur visibilité et leur ancrage dans le quotidien des villes.

 

1950 

Premiers prêts aux collectivités locales

En 1950, la loi Minjoz autorise les Caisses d’Epargne, dans le cadre de la reconstruction et de la modernisation de la France, à employer une partie des fonds du livret en prêts bonifiés aux collectivités locales et aux organismes publics.

 

1966

Entrée dans l’ère de la diversification

Alors que l’ère de la concurrence et de la déspécialisation bancaire s’ouvre, les Caisses d’Epargne commencent à proposer de nouveaux produits  : le livret épargne-logement en 1965, le livret B en 1966, la première SICAV en 1967, et le plan épargne-logement et les bons d’épargne en 1969. L’ouverture réglementaire de l’activité des Caisses d’Epargne s’affirme encore en 1971 quand elles obtiennent le droit d’accorder des prêts personnels habitat et consommation aux conditions du marché et sans épargne préalable.

 

1978

Premier compte chèque Ecureuil

 

1983

Les Caisses  d’Epargne deviennent établissements de crédit

La loi du 1er juillet 1983 accorde aux Caisses d’Epargne la qualité d’établissements de crédit à but non lucratif et les habilite ainsi à effectuer toutes les opérations de banque. La loi bancaire de 1984 les considère en tant que réseau à part entière du système financier français. Elles conservent toutefois une spécificité puisqu’elles sont qualifiées d’établissements « à but non lucratif », adoptant ainsi une dénomination dont elles sont les seules représentantes. Elles peuvent désormais proposer à leur clientèle l’ensemble des produits bancaires classiques. Le marché des PME/PMI leur est  enfin ouvert à partir de 1987.

 

1991/92 

Reconfiguration du réseau : de 187 à 34 établissements de dimension régionale

Pour répondre à la diversification de leurs métiers entrainée par la libéralisation de l’environnement économique et financier et la pression de la concurrence, les Caisses d’Epargne, modernisent et rationnalisent leur organisation. En 1983, elles  constituent encore  585 établissements autonomes, avec des périmètres d’action extrêmement réduit Après une première vague de fusion, leur nombre se réduit à 186. En 1990, une grande reconfiguration est décidée, qui aboutit en 1992, à la création de 34 Caisses d’Epargne à compétence régionale, dont  31 Caisses d’épargne métropolitaines.

 

1999       

Réforme coopérative. Création de la FNCE 

Avec la loi du 25 juin 1999 relative à l’épargne et à la sécurité financière, les Caisses d’Epargne adoptent le statut de banques coopératives à vocation universelle. Ce texte va leur permettre d’avoir un statut de droit commun (celui de la coopération défini par la loi de 1947) et de régler la question de leur propriété. Les Sociétés Locales d’Epargne (SLE), sociétés coopératives sans activité bancaire, sont mises en place fin 1999. Les SLE regroupent les sociétaires et détiennentle capital des Caisses d’Epargne.

Une nouvelle structure apparaît au même moment, la Fédération nationale des Caisses d’Epargne (FNCE), chargée de représenter les intérêts des sociétaires et des Caisses d’Epargne et de définir les orientations des missions d’intérêt général, que la loi leur impose de financer. Le texte prévoit  en effet qu’une partie des excédents d’exploitation sera utilisée pour le « financement de projets d’économie locale et sociale» (PELS). Entre 2000 et 2008, 18 858 projets ont été financés par les Caisses d’Epargne dans ce cadre pour un montant de 354 millions d’euros.

 

2000    

Développement du sociétariat.  Premières AG.

A la faveur de la loi de 1999, le capital des Caisses d’Épargne est ouvert aux clients, par souscription de parts sociales. La vente des parts débute le 1er janvier 2000.

 

2004    

3 millions de sociétaires

A la fin de la période « transitoire »  imposée par le législateur  pour placer auprès du public en parts sociales pour un minimum de 2,42 milliards d’euros, soit près de 16 milliards de francs. , le capital des Caisses d’Epargne est désormais réparti entre trois millions de sociétaires.

 

2006 

Lutte contre l’exclusion bancaire : lancement des dispositifs Parcours Confiance  et Créasol.

 

2009

Banalisation du livret A. Nouvelle impulsion pour la politique d’engagement des Caisses d’Epargne

Dans le prolongement de l’ouverture à la concurrence de la distribution du Livret A en août 2008, le législateur lève l’obligation légale de financement des PELS tout en réaffirmant l’engagement sociétal des Caisses. Depuis 2009, cet engagement s’inscrit dans un programme de Responsabilité sociale et environnementale. Le réseau Caisse d’Epargne développe son action d’engagement sociétal  autour de deux axes  l’inclusion financière, aux travers des dispositifs Parcours Confiance et Créasol, en lien avec l’association Finances et Pédagogie, et la philanthropie (mécénat de solidarité et culturel sur les territoires).

 

2010 

Le cap des 4 millions de sociétaires est franchi.

 

2011

 

Nouvelle campagne de communication de la marque, « Caisse d’Epargne. Nouvelle définition ».

Le réseau Caisse d’Epargne conquiert 600 000 nouveaux clients.

 

2012  

La Caisse d’Epargne, banque préférée des Français

La Caisse d’Epargne est reconnue comme la banque disposant dela meilleure image auprès des français dans le baromètre d’image JDD/Posternak/IPSOS de janvier 2012. Dans un autre baromètre (Viavoice/Le Monde/Ogilvy), elle est jugée « banque la plus utile à la société » parmi les grandes entreprises françaises.

 

2014  

La Caisse d’Epargne renforce son action en direction des femmes entrepreneures

La Fédération nationale est signataire du partenariat avec le Ministère des droits des femmes en faveur de l’entrepreneuriat au féminin.

 

2015  

Le cap des 5 millions de sociétaires est franchi

3 500 administrateurs sont élus pour représenter les sociétaires pour un nouveau mandat qui s‘ouvre sur la période 2015-2021.

Pour aller plus loin

femme_et_bq1