Background Image
Previous Page  7 / 12 Next Page
Information
Show Menu
Previous Page 7 / 12 Next Page
Page Background

BAROMÈTRE

DE LA MICROFINANCE 2015

7

L

e s t e c h n o l o g i e s d e

l’information et de la

c ommu n i c a t i o n s o n t

aujourd’hui un levier

majeur du développement

économique et social, en particulier

dans les pays émergents. Chez

Orange, nous sommes convaincus

que ces technologies doivent être

mises au service des populations,

pour satisfaire leurs besoins et

apporter une réponse aux enjeux de

développement socio-économique de

ces pays. Pour cela, nous développons

des solutions innovantes répondant

aux problématiques locales, en

même temps que nous contribuons

à l’émergence d’écosystèmes

numériques, sources de progrès social

et de développement économique.

Très présents en zone Afrique et

Moyen-Orient, nous avons identifié

plusieurs domaines d’application

de nos innovations technologiques

au bénéfice des populations :

la m-agriculture, la m-santé, la

m-éducation et enfin les services

financiers. En Afrique subsaharienne,

moins de 24 % de la population

possédait un compte bancaire en

2011

1

. Ces faibles chiffres peuvent

s’expliquer en grande partie par

les prix très élevés des services

bancaires, mais aussi par le manque

d’infrastructures bancaires (la taille

du continent fait que le nombre de

distributeurs par kilomètre carré

demeure très faible). Or, « l’accès

aux services financiers peut être une

passerelle pour sortir de la pauvreté »

selon Jim Yong Kim, président de la

Banque mondiale. En effet, pouvoir

épargner, emprunter ou encore payer,

représentent des services essentiels

et porteurs de développement parce

qu’ils permettent aux populations de

participer à la croissance de leur pays.

En parallèle, le continent africain

connait un grand succès en termes

de pénétration du mobile : à la fin

2014, la GSMA

2

estimait que 41 %

de la population africaine détenait un

téléphone mobile (ce qui représente

plus de 467 millions d’utilisateurs).

C’est pourquoi les solutions de

mobile money

se sont développées :

elles permettent, grâce au téléphone

mobile, de proposer un accès aux

services bancaires à des tarifs

attractifs.

Identifiant cette opportunité, Orange

a développé le service Orange Money

à partir de 2008. Orange Money

permet à la fois de faire des dépôts

et des retraits d’argent, d’effectuer

des transferts d’argent, de payer

des factures d’électricité ou encore

d’acheter des crédits téléphoniques

depuis son mobile. En 2014,

l’application Orange Money a été

lancée dans certains pays pour ceux

qui possèdent un smartphone. De

plus, Orange Money offre la possibilité

d’accéder à de nombreux services

financiers comme des solutions

d’épargne ou de microcrédit (en cours

de développement au Mali) et de

prêts, par exemple au Sénégal pour les

étudiants, en partenariat avec Allianz.

Le succès d’Orange Money réside dans

la facilité d’accès au service, via un

vaste réseau de points de vente très

dense, au plus près des populations,

rendant ainsi les retraits et dépôts

d’argent très simples.

Si l’offre Orange Money était à

l’origine destinée aux populations non

bancarisées, elle s’étend à présent aux

populations bancarisées, permettant

des transactions entre compte mobile

et compte bancaire. Au Burkina Faso,

Orange offre également l’opportunité

de transférer de l’argent depuis et vers

plusieurs pays.

Ouvert dans 13 pays d’Afrique et du

Moyen-Orient, Orange Money compte

aujourd’hui plus de 13 millions de

clients, qui ont échangé plus de 4,5

milliards d’euros en 2014 grâce à ce

service. Sur les 200 millions d’euros

qui circulent chaque année entre le

Mali, la Côte d’Ivoire et le Sénégal,

30 millions s’échangent via Orange

Money !

Grâce au

mobile money

, c’est

désormais plus de 34 % de la

population subsaharienne qui a accès

aux services bancaires. C’est, en outre,

un outil plébiscité pour la sécurité des

transactions et de l’épargne.

1

Rapport Global Findex 2014

2

La GSM Association qui représente les intérêts des

opérateurs de téléphonie mobile à travers le monde

ALBAN LUHERNE,

DIRECTEUR ORANGE MONEY,

ORANGE AMEA

Innovation organisationnelle

Mobile banking

et inclusion

financière

Le modèle Taysir

Microfinance en Tunisie

T

aysir Microfinance, IMF

tunisienne promue par

Adie International, a

démarré ses opérations

en juin 2014. Pour gérer

ses opérations de crédit, Taysir a

fait le choix stratégique fondamental

du

cashless

, soit du 100 %

mobile

banking

. Cette expérience est unique

en Tunisie et encore très rare dans le

monde de la microfinance en général.

Cette option repose sur un

partenariat stratégique entre Taysir

et la Poste Tunisienne d’une part et

un opérateur de téléphonie mobile

tunisien d’autre part, Ooredoo. Ces

deux opérateurs ont développé un

service de paiement mobile nommé

« Mobiflouss » à partir duquel un

développement spécifique a été

réalisé pour la microfinance, non-

exclusif à Taysir.

Le décaissement des crédits se fait

par virement sur la carte bancaire

Edinar de la Poste que le client a

préalablement achetée à la poste.

Le client, non bancarisé, devient

détenteur d’une MasterCard prépayée

qui lui permet de gérer ses retraits ou

ses achats. C’est un premier pas vers

l’inclusion financière dont les clients

sont fiers.

Pour le remboursement, le client

ayant rechargé sa carte dans le

réseau de la Poste

cash in

(1500

agences dont 900 connectées),

paye avec son téléphone mobile.

Il accède à un menu simple qui

lui indique l’échéance à laquelle il

doit payer. Il peut bien sûr choisir

un autre montant ou régler quand

il veut le montant qu’il souhaite.

Il reçoit un SMS de confirmation

de son remboursement. Les clients

n’ont donc pas à se déplacer dans

les agences de Taysir et économisent

ainsi le temps et les frais de voyage.

La proximité géographique et

culturelle avec la Poste ne présente

pas de difficulté pour los clients. Ce

système est extrêmement efficace

dans les zones rurales où se trouvent

63 % des 2000 clients de Taysir,

après 10 mois d’activité.

Le service « Microfinance Mobile »

développé par Ooredoo et Taysir

permet également au client de

consulter son compte crédit pour

savoir le montant et la date de la

prochaine échéance, le montant

total restant dû et le nombre

d’échéances, 24h/24 et 7j/7. De

plus, des SMS de rappel, de relance

ou d’information sont régulièrement

envoyés directement aux clients.

Une enquête récente montre que

90 % des clients trouvent le principe

facile et compréhensible. 80 %

d’entre eux sont autonomes pour

régler leurs échéances et consulter

le menu après la troisième échéance.

Le pari de l’inclusion financière et

de l’accès aux nouvelles technologies

est en partie réussi.

Ce pari du

cashless

, risqué au

départ, est aujourd’hui gagnant.

L’acceptation par les clients ne

pose plus question, l’avantage

concurrentiel est évident et l’impact

sur l’efficience de Taysir est

significatif. Une étude sectorielle

sur la finance numérique en Tunisie

laisse entrevoir des perspectives de

diversification des services (paiement

marchand, e-commerce, micro-

assurance, micro-épargne, paiement

des salaires et prestation sociales) et

d’universalisation (multi-opérateurs

téléphoniques et interbancaire) de

ce type de transactions financières

dans les prochaines années. La

perspective d’un nouveau système

de finance numérique organisé à

l’échelle d’un pays comme la Tunisie

est aujourd’hui plausible. Cela

demande évidemment des évolutions

réglementaires et un changement de

perception des circuits financiers et

de l’inclusion financière.

Dans un contexte technologique

globalement favorable et dans un

pays où entre 60 % et 80 % de

l’économie (suivant les secteurs) est

informelle et majoritairement gérée

en argent liquide, ces systèmes

permettent de « réintroduire » les

flux financiers dans des canaux

formels, organisés et sécurisés. Nous

touchons à ce niveau des enjeux

macroéconomiques pouvant être

importants pour le pays.

PIERRE GACHES,

DIRECTEUR GÉNÉRAL,

TAYSIR MICROFINANCE

Le

mobile money

, un service numérique

devenu essentiel en Afrique

Quels enjeux pour la finance numérique ?

Crédit : DR Orange

Forum Mondial

8

e

édition • 7, 8 et 9 sept. 2015 • Paris

www.convergences.org

@convergencesORG

Convergences.org

RO

8

e

édition • 7, 8 et 9 sept. 2015 • Paris

www.convergences.org

@convergencesORG

Convergences.org

ZÉRO